Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Tendances

EHA Tahiti ou le headwear Made In Fenua!

Publié le 3 juillet 2019

C’est l’histoire d’un jeune couple passionné de graphisme et de culture. Partant du constat que la casquette est un accessoire de mode incontournable pour les Polynésiens, ils ont décidé de créer des modèles qui intègrent des symboles de la culture locale. EHA Tahiti est ainsi devenue en 2019 la première marque de headwear à être présente à la Tahiti Fashion Week. Moana Rurua, co-fondateur, raconte son parcours à Hommes de Polynésie.

UN DUO COMPLÉMENTAIRE

Moana ne peut évoquer EHA Tahiti sans parler de sa compagne et partenaire dans cette aventure, Maite Teriifemoehaa. « C’est elle » dit-il « qui a eu l’idée, il y a cinq ans, de créer une petite structure familiale ». Son ambition ? Développer des modèles de casquettes et chapeaux pas comme les autres. Un produit reflet de la société polynésienne d’aujourd’hui, avec la richesse de son passé.

« J’ai ressenti quelque chose de très particulier au marae de Taputapuātea, à Raiatea. Un lieu particulièrement inspirant et bouleversant. »

Le passé, c’est également son père, imprimeur sérigraphiste, qui lui a transmis la fibre du design graphique. Puis, une expérience d’infographiste en bâtiment, avec la naissance de la 3D, lui permettra de se familiariser avec les outils informatiques qu’il utilise encore aujourd’hui.

Les ingrédients sont en place pour le projet du couple : lui pour la partie technique et créative, et elle pour la partie culturelle et commerciale.

En parallèle, chacun garde son emploi afin de garantir l’équilibre financier du ménage, et ils s’organisent en dehors de leurs heures de travail pour avancer dans la création. Nous sommes alors en 2015.

Pendant 3 ans le projet vivote et prend le temps de mûrir, pour enfin voir le jour en 2019 sous une forme aboutie, en accord avec le concept d’origine.

UN SYMBOLE CULTUREL ET UN NOM

« Nous souhaitions faire de nos casquettes des morceaux de Polynésie, intégrant les matériaux nobles et le savoir-faire polynésien, avec cette idée de partage culturel à laquelle nous tenons tant. »

Mais comment intégrer un élément culturel dans un accessoire porté par une majorité de Polynésiens ? Comme une évidence, Moana et Maite insèrent un anneau métallique, un œillet, à l’arrière ou sur la visière de la casquette, ce qui deviendra leur marque de fabrique. « Il représente Havai’i, l’ancien nom de Raiatea, centre culturel du triangle polynésien, et l’anneau est en quelque sorte le pito de notre culture. »

Leurs créations deviennent facilement reconnaissables, certains modèles portant cinq œillets sur la visière, qui symbolisent les cinq archipels polynésiens. On retrouve aussi des motifs faits à la main, des coutures en raphia naturel ou encore la présence de nacres gravées, le tout réalisé par des artistes et artisans locaux.

La marque s’appellera EHA Tahiti. Petit mot facile à retenir, « eha ? » signifie « quoi ? », mais on le retrouve également dans « na poro eha », terme désignant le triangle polynésien.

La création replonge Moana en adolescence, où il dessinait déjà sur des casquettes vierges avec des feutres, des motifs inspirés de l’univers musical. Sa chambre d’ado, qu’il partageait avec son cousin, était une exposition permanente de casquettes « customisées ».

« C’était un délire d’adolescent, je n’avais pas l’idée d’en faire mon métier. Par contre, j’ai toujours aimé faire les choses différemment et c’est tout naturellement que j’ai proposé à ma compagne de l’aider dans son entreprise, en lui proposant un style unique en Polynésie. »

LA TAHITI FASHION WEEK

Un jour, Moana s’adresse à Agnès Genefort (1), une des responsables de la Tahiti Fashion Week avec un prototype de casquette. Des créateurs sont recherchés, et Agnès l’encourage à présenter une collection.

« On se sent plus créateurs que vendeurs. »

Il y a eu une très bonne entente entre les stylistes qui présentaient leurs vêtements, et EHA Tahiti qui les accessoirisaient avec les casquettes, portées par une douzaine de mannequins. Présenter un créateur de headwear à la Tahiti Fashion Week était jusqu’alors inédit. Une expérience qui sonne comme un déclic pour le couple qui, plus motivé que jamais, continue à créer dans un cocktail de modernité et de tradition.

« On s’éclate dans ce qu’on fait ! »

Moana n’a pas peur de la concurrence, et partage une vision de la vie emplie de sagesse : « Le soleil brille pour tout le monde et il y a du travail pour tous. Il faut arrêter de blâmer les autres et se chercher des excuses par rapport à ses propres frustrations et échecs. La vie finit toujours par nous sourire, mais c’est souvent nous qui ne lui sourions pas. Chaque instant est à vivre pleinement, chaque épreuve est une leçon à apprendre, pour devenir meilleur, pour nous-mêmes et pour les autres. »

1 Lire le portrait d’Agnès Genefort: Agnès, faire rayonner la Polynésie à la Tahiti Fashion Week

 

Plus d'informations

Page Facebook : EHA Tahiti

Laurent Lachiver
Rédacteur web

© Photos : Laurent Lachiver

Partagez Maintenant !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer