Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Tendances

AVEC FLORIAN, TAHITI N’A PAS FINI DE DANSER

Publié le 20 septembre 2019

Nous vous présentons aujourd’hui le portrait d’un jeune homme brillant, dont le cursus aurait pu l’amener à être un requin de la pub à l’image d’Octave Parrango dans « 99 francs »1. Cela aurait été sans compter sur sa passion pour la musique et l’événementiel. Florian Sodoyer n’en finit pas de multiplier les concerts de DJ à Tahiti, avec des affiches de plus en plus prestigieuses. Il raconte son parcours à Hommes de Polynésie.

DEPUIS 7 ANS SOUS LES TROPIQUES

Le 12 septembre dernier, Florian fêtait ses 7 ans à Tahiti. En 7 ans, il est devenu un personnage incontournable de l’évènementiel nocturne, offrant au public des DJ à la renommée mondiale qui viennent titiller leurs platines sous nos latitudes. Alors, comment en est-il arrivé là ?

« Je suis originaire de Castres dans le Sud-Ouest, pays du rugby, et j’ai fait mes études à Toulouse. »

Ce jeune étudiant décroche son bac à 17 ans et enchaîne les études. Il obtient un premier Master en marketing sportif, rêvant de travailler pour un club professionnel tel que le Stade Toulousain en rugby ou l’Olympique de Marseille en football. Mais les débouchés sont limités, et il se replonge dans les études pour un second Master, cette fois en management des organisations, où il élargit ses domaines de compétences avec notamment la gestion de projets transversaux, ce qui l’amène à toucher aussi bien à la logistique, qu’à la comptabilité ou de la communication et du marketing.

Florian commence à travailler à 23 ans pour Decathlon, avec dix employés sous sa responsabilité pour développer le chiffre d’affaires. Puis il intègre une agence de publicité à Paris, à l’ambiance similaire à celle décrite par Beigbeder dans son livre « 99 francs » et Florian découvre l’évènementiel pour les marques de luxe.

« C’est là que j’ai appris mon cœur de métier : l’événementiel ».

À 25 ans, Florian se retrouve tiraillé entre cet univers où il a sa place, et l’envie de voyager !

LA POLYNÉSIE, DU HASARD ET DES RENCONTRES

C’est un de ses amis, Jérémy, parti rejoindre sa compagne en Polynésie, qui le motive pour venir découvrir les opportunités dans ce territoire du Pacifique.

« Sur un coup de tête, je démissionne et pars pour Tahiti, quasiment du jour au lendemain, laissant derrière moi une très bonne situation à Paris. J’ai fait croire à ma famille que j’avais trouvé un boulot, ce qui n’était pas le cas, mais je voulais les rassurer… »

Au bout de deux semaines, Florian rencontre la gérante de Synergence, agence spécialisée dans les animations commerciales.

« La société allait créer une branche évènementielle, et j’en suis devenu le directeur. »

Ce fut le début d’une longue série d’évènements et de spectacles, tels que Jean-Marie Bigard à Toa’ta ou Olivier De Benoist au Grand Théâtre de la Maison de la Culture….

DES DJ INTERNATIONAUX METTENT LE FEU AU FENUA

Florian est fan de musique, de sorties, de fêtes. Il adore le monde du mixage et des DJ. Il organise son premier concert en 2014 avec le duo de DJ JIDAX à l’ancien hôtel Radisson 2. On se souvient aussi de la venue de Gregori Klosman en 2016, devant plus d’un millier de fans à l’Hélios Club.

Avec le bouche à oreille et le mythe de Tahiti, Florian monte en gamme et fait venir des DJ internationaux. Le principal problème qui se pose c’est Toa’ta, le lieu n’est pas adapté à ce type d’événements, et trouver des solutions aussi audacieuses qu’originales s’impose.

C’est ainsi qu’on bloque la rue Jeanne d’Arc face à la Cathédrale de Papeete pour Bob Sinclar ou Joachim Garraud, on privatise les jardins de Paofai en 2017 pour « Lost Frequencies » qui enflammaient les FM locales, et les jardins de la Mairie de Papeete pour DJ Walshy Fire de Major Lazer qui fait danser la planète sur « Lean On » … A chaque fois pas, moins de 3000 personnes assistent à l’événement.

STUDIO 87 : UNE AVENTURE PERSONNELLE

Après cinq ans chez Synergence, Florian veut voler de ses propres ailes.

« En avril 2018, je démissionne et monte ma propre société : STUDIO 87. Nous sommes deux avec Vaimiti Teiefitu, chef de projet, aidés par une chef de projet patentée, Teareva. »

Outre des concerts, STUDIO 87 propose l’organisation de conférences et de salons, avec des « Business Days » en préparation ou le premier « Salon des jeunes artisans de Polynésie » à la Maison de la Culture en novembre, et dès 2020 il proposera l’organisation clés en mains de mariages en tant que wedding planner.

En parallèle, Florian se rend dans des festivals internationaux et noue des liens dans le métier, comme avec le duo SYNAPSON, venu se produire au Fenua autour d’une pool party, ou BON ENTENDEUR. Ces liens professionnels étoffent son carnet d’adresses et se transforment parfois en amitiés.

DIPLO ET LE « TIKI FEST »

Le prochain projet de Florian est le « TIKI FEST » : un festival polynésien à l’image des grands rendez-vous internationaux, avec plus de 9 heures de concerts d’artistes locaux comme Pepena, Nohorai ou le groupe Koru révélé par Nescafé Star, avec la participation du DJ et producteur DIPLO, de MAJOR LAZER, qui collabore avec Madonna, Britney Spears, Beyoncé, No Doubt, Justin Bieber, Usher, Snoop Dogg, Chris Brown …

Le « TIKI FEST » se tiendra le 30 novembre prochain sur le terrain du Bel Air à Punaauia, entre le parc Vairai et l’hôtel Intercontinental. 5.000 personnes sont attendues pour l’occasion et tout sera prévu pour passer une journée inoubliable avec de l’espace, des coins de repos, un food corner avec des roulottes pour la restauration…

« Je travaille depuis 3 ans sur ce projet. Je souhaite vraiment que le TIKI FEST devienne le festival de musique incontournable en Polynésie, à l’image de ce qui se fait dans tant d’autres pays. Ce sera la première année, mais j’espère que le nom TIKI FEST va se faire connaître et que nous pourrons proposer cet évènement de manière récurrente, chaque année.»

Ce type d’évènement est aussi pour Florian une manière de promouvoir la destination Tahiti autrement que par les clichés habituels : lagon, vahine et cocotiers, et de remercier la Polynésie pour tout ce qu’elle lui a apporté.

S’il avait un message à adresser à la jeunesse polynésienne, ce serait le suivant :

« J’ai grandi dans une famille modeste, dans un quartier HLM, zone sensible, comme ceux que l’on peut voir dans des reportages comme Zone interdite. Aujourd’hui je vis au paradis et je produis des stars mondiales. Armez-vous de patience, entourez-vous bien, gardez vos valeurs et vos idées, une ligne de conduite et surtout, avancez ! Peu importe d’où l’on vient, il faut décider où l’on veut aller. Les portes de l’avenir sont ouvertes à ceux qui savent les pousser ! »

1 personnage du livre « 99 francs » de Frédéric Beigbeder

2 aujourd’hui l’hôtel Pearl Beach d’Arue

Laurent Lachiver
Rédacteur web

© Photos : Florian Sodoyer

Partagez Maintenant !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer