Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Société

STÉPHANE MORALES : ITINÉRAIRE D’UN GESTIONNAIRE EN PATRIMOINE

Publié le 7 mai 2019

Il a tout pour plaire ! « Il » c’est notre patrimoine. Entre des mains expertes, ce bien marchand peut vous rapporter immédiatement et durablement. C’est ce qu’a confié Stéphane Morales à  Hommes de Polynésie. Quand un fils est guidé par l’amour d’un père, qui rêvait de prendre sa retraite dans les îles, cela donne une touchante rencontre.

L’histoire que vous vous apprêtez à lire raconte celle d’un gestionnaire de patrimoine en Polynésie. Gardez bien cette étiquette en tête.

Il est 10h20 ce vendredi matin, lorsque nous faisons la rencontre de Stéphane Morales. Élégant de la tête au pied. Un peu comme ces hommes que l’on voit dans des publicités de parfum pour hommes. Il était sorti de l’écran…le temps d’un partage.

Nous voici donc en face d’un gestionnaire de patrimoine sur le point de nous parler de son parcours… Il nous propulse à Nîmes.

UNE TRÈS BELLE JEUNESSE

Dans le Sud-Est de la Métropole, vit un petit garçon et sa sœur, de quatre ans son aînée. Cette dernière réside aujourd’hui en Suisse. Ils ont grandi dans cette région d’Avignon ; « dans les vignes du château neuf du Pape, pour ceux qui connaissent », avec un père frigoriste et une mère qui fit le choix de s’occuper de ses enfants ! Une très belle jeunesse !

« Mon père est tombé malade…trois ans de lutte contre le cancer, qui a fini par l’emporter. J’ai dû seconder ma mère, qui gérait la maladie de mon père. C’est à ce moment-là, que je me suis rappelé qu’enfant, mes parents disaient toujours « quand on sera à la retraite on ira vivre dans les îles ! » Pas forcément Tahiti, mais les îles !»

Son père étant mort à 57 ans, il n’a pas eu le temps d’y aller. Deux mois après son décès, un ami, que Stéphane avait perdu de vue, le contacte. Ce dernier était Gentil Organisateur (GO) au club Med de Moorea, qui venait de fermer en 2001. Et il lui dit « j’ai une petite chérie, j’y retourne ! ».

« MOI, JE VEUX VOIR CE QU’EST UNE ÎLE…COMME PAPA »

À son arrivée en Polynésie, Stéphane est immédiatement tombé amoureux de l’île. Il prit donc la décision de rentrer en France, a mis en vente sa voiture, ainsi que sa petite moto. Son amie de l’époque en fit autant et ils se dirent « tentons notre chance à Tahiti ».

« Moi je veux voir ce qu’est une île… comme papa. »

Entre temps des amis lui firent rencontrer le patron du groupe Crystal. Ce dernier lui dit « j’aimerais te faire rentrer dans ce monde-là ! ». Ce monde-là c’est le patrimoine.  Il lui ouvrit les portes sur un autre univers.

« Avant mon voyage à Tahiti, je n’avais jamais bougé, j’étais casanier. Cet homme m’a offert une opportunité, comme à beaucoup d’autres personnes. Il m’a aidé à mettre le pied à l’étrier. Et j’ai adoré, s’en est devenu une passion. »

PROFESSION : GESTIONNAIRE DE PATRIMOINE

Nous sommes en 2002, Stéphane a 26 ans, il démarre dans ce métier, à Tahiti ! Tahiti, où, il surf pour la première fois sur l’Océan Pacifique, du côté de la côte Est. Moorea ensuite pendant 2 ans, où chaque week-end a un air de vacances. Enfin 8 ans sur la côte Ouest à Punaauia.

« Avec les enfants grandissants et le boulot grossissant, il a fallu que je revienne à Tahiti »

Il reste 10 ans chez Crystal, chez qui il obtient son diplôme de gestionnaire de patrimoine. Au bout d’un moment, Stéphane eût envie de voler de ses propres ailes, de pouvoir apporter à ses clients les produits qu’il va choisir lui-même sur le marché, et donc il a quitté le groupe « avec beaucoup de tristesse » et racheté la moitié du cabinet Patrimonia.

Un cabinet de courtage qui avait été ouvert en 2006, qui s’est spécialisé dans ce que l’on appelle de « l’immobilier d’investissement ».

Adieu assurances vie et autres formules, Patrimonia fait de la  SCPI son fer de lance. Un marché qui fait ses preuves depuis 1968 en Métropole. Il s’agit de société dont des parts peuvent être achetées par des particuliers et cette société est propriétaire d’un parc immobilier. La SCPI encaisse des revenus locatifs et les distribue de façon égale à chacun de ses actionnaires.

« On a des revenus aujourd’hui très élevés, avec un ratio gain/risque très faible ! 100% de la clientèle de la société a opté pour cette formule. »

« ON ENGAGE DES GENS, DES FAMILLES, RESTONS RESPONSABLES ET HONNÊTES ! »

Stéphane a connu ce qui était variable avec les investissements boursiers et autre. Une période difficile professionnellement et personnellement parlant. Aujourd’hui le père de famille ne propose que des produits qui sont sécurisés et provenant d’une économie palpable.

« Il y a plein d’autres choses qui pour moi seraient très rémunératrices, tu le fais quand tu es courtier, les assureurs te font un appel du pied parce qu’ils font de grosses marges, mais je ne vivrai jamais aux dépends de mes clients, donc tant pis, mais autant commercialiser plus pour gagner plus, pas l’inverse ! C’est donc comme ça que je travaille. »

L’empathie, le sourire, la chaleur humaine, un accueil énorme et la gentillesse… C’est ce que Stéphane vit tous les jours en Polynésie dans son boulot !

« On engage des gens, des familles, restons honnêtes ! »

Oui, faire gagner de l’argent à des personnes c’est valorisant pour Stéphane, mais le contact dépasse tout ça. Il se rend au cœur des familles. S’il travaillait avec certaines personnes, aujourd’hui il travaille avec leurs enfants ! « Tu veux acheter une maison ? Va voir Stéphane… »

« Ce métier est très technique, les gens devant les banques ne savent pas comment négocier, ils subissent la vente. Je veux utiliser toutes mes compétences pour les mettre au mieux. Objectivement et en 17 ans, j’ai des clients qui me suivent même si j’ai changé de structure, parce qu’ils ont compris ça. »

BIENVEILLANCE DANS L’IMMOBILIER ?

C’est ce que laisse entendre ce gestionnaire en patrimoine qui est aujourd’hui des baptêmes. Il fait partie de la famille, il est le conseiller financier, LE gestionnaire en patrimoine. Vous aurez peut-être la chance de le croiser un jour au détour d’un déjeuner au Sully !

Vous tomberez alors sur un homme qui considère la Polynésie comme « le plus bel endroit au monde, avec la plus belle qualité de vie au monde encore aujourd’hui et où l’insécurité est très limitée. Beauté, activités extérieures, nature, il n’y a pas beaucoup d’endroits où on a ça, l’éveil des enfants grâce à la mer, les montagnes et autres merveilles. »

Aux Hommes de Polynésie : « Prenez conscience du pouvoir de décision que nous avons. Économiquement, on a un bijou ! la Polynésie est un bijou mondial ! Prenons-la en main et développons-la ensemble. »

Jeanne Phanariotis
Rédactrice web

© Photos : Hommes de Polynésie

Partagez Maintenant !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer