Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Société

Hirohiti, décrypter les flots et les courants marins - Hommes de Polynésie
étudiant

Hirohiti, décrypter les flots et les courants marins

Publié le 30 avril 2018

Hirohiti Raapoto est étudiant en quatrième année de thèse qu’il effectue à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et à l’Université de Polynésie française (UPF). Depuis son ordinateur, il cherche à déceler le comportement du phytoplancton… Ces petites algues qui forment la base de la chaîne alimentaire marine. Hommes de Polynésie l’a rencontré.

Une curiosité au fil des rencontres

Hirohiti grandit à Tahiti et effectue sa Licence à l’Université de Polynésie Française avec l’objectif de devenir professeur. Très vite, il s’aperçoit qu’il veut aller plus loin, pousser ses connaissances et apprendre. Il part réaliser son Master en météorologie et océanographique à l’Université de Toulouse et découvre le monde de la recherche. De retour en Polynésie, il rencontre Téa Frogier, aujourd’hui Ministre de l’Éducation, qui était à l’époque à la Direction de la recherche. Il réalise qu’il y a beaucoup à faire en Polynésie.

« Je cherchais à contribuer à l’évolution de la Polynésie… En métropole, beaucoup de thèses étaient proposées sur la mer Méditerranée… mais ça ne me parlait pas ! »

Doctorales 2017, Prix de la meilleure présentation orale

La voie d’un doctorat s’ouvre à lui.

« J’ai rencontré Élodie Martinez qui travaillait sur la Polynésie et en particulier sur les Marquises dont les eaux sont très riches. De fil en aiguille, j’ai commencé ma thèse dans l’unité de recherche Écosystème Insulaire Océanien (UMR 241 EIO). »

Comprendre pour mieux préserver

Hirohiti apprécie la richesse de son sujet qui croise la physique, la biologie, la chimie ou encore l’informatique. Son objectif est simple : comprendre l’origine du développement intense du phytoplancton aux Marquises, ces petites algues qui forment la base alimentaire de la faune marine.

« En comprenant son origine et son évolution, on pourra par exemple prévoir certains des impacts du changement climatique sur les eaux marquisiennes. »

Dans son travail, le terrain est encore vierge, beaucoup de choses restent à faire.

 « Mon travail consiste à mettre en place un modèle océanographique pour l’archipel en me basant sur des instruments de mesures in situ et des images satellitaires. Il y a encore tout à faire pour le lier avec les grands pélagiques tels que les thons. »

Explication de son poster à un congrès en Nouvelle Orléans en décembre 2017

Autre atout de ses recherches, l’observation de différents phénomènes, notamment celui des « tourbillons cycloniques ».

« En fait, ce sont des tourbillons marins qui sont créés juste derrière les îles, on peut en observer derrière les rochers au milieu d’une rivière. Selon leur sens de rotation, ils vont « mélanger » les eaux et vont avoir comme effet d’apporter vers la surface, des eaux plus riches en sels nutritifs. »

Les sels nutritifs constituent la nourriture pour le phytoplancton.

« Résultat ? Des blooms de phytoplancton, et plus de poissons attirés par toute cette nourriture. »

Pour Hirohiti, ses modèles informatiques sont un vrai défi qui pourront avoir des applications très concrètes dans la préservation du milieu. Il lui tarde de soutenir sa thèse pour peut-être commencer un post-doctorat, et qui sait ? Tester ses connaissances sur le terrain !

Quand les rêves prennent le dessus

« Jamais je n’aurais imaginé faire de longues études… Si j’avais un conseil, ce serait peut-être ça… Faites des études qui vous plaisent même courtes ! Personnellement, grâce à mes études longues, j’ai appris la persévérance, j’ai fait des rencontres exceptionnelles qui m’ont aidé dans mon parcours… Et ça, ça n’a pas de prix. »

Amoureux de sa terre et attaché à ses racines, Hirohiti s’adonne à la batterie et à la guitare dès qu’il le peut. Avec un ami, ils ont créé le groupe Heroes & Minivans. 

« Quand on était en métropole, on faisait nos compositions à distance car lui était à Limoges et moi, à Marseille… Je ne sais pas si beaucoup de groupes travaillent comme ça ! »

Heroes and Minivans : Evans, Huriau, Moi, Manoa en première partie de Stick Figure en Novembre dernier

Voilà bien ce qui définit ce jeune homme de 29 ans, porté par les opportunités et les envies, il concrétise ses rêves au fil des rencontres.

« Je pense que j’ai un bon mana, une bonne aura… J’ai développé des compétences professionnelles mais finalement, c’est en écoutant mes rêves que j’ai pu faire ma thèse ici… »

Et s’il y a bien quelque chose qui est essentiel à Hirohiti, c’est de travailler ici, en Polynésie, chez lui, au service d’un développement durable et préserver son fenua qu’il aime tant. 

Céline Hervé Bazin
Rédactrice web

© Photos : Céline Hervé Bazin (couverture), Hirohiti Raapoto

Facebook
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer