Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Société

Erwan, l’aventurier des mers et des montagnes encadre les jeunes tahitiens de Papara
maewan adventure base

Erwan, l’aventurier des mers et des montagnes encadre les jeunes tahitiens de Papara

Publié le 8 octobre 2018

Erwan Le Lann, ancien compagnon de route de Mike Horn, est un aventurier hors du commun. Guide de haute montagne devenu marin, Erwan a parcouru le monde crampons aux pieds et piolet à la main. Aujourd’hui, à bord de son voilier Maewan, il parcourt les flots en proposant son bateau comme plateforme pour des aventures solidaires. Hommes de Polynésie a rencontré un aventurier au grand cœur qui prend du temps pour encadrer les jeunes de Papara.

Le cœur qui balance entre mers et montagnes

Erwan a deux passions et deux terrains de jeu : la mer et la montagne. Il en a fait une expédition unique et originale, à savoir Maewan, sa « longue route » à lui, qui fait le tour du monde et propose d’être une plateforme pour des expéditions d’aventuriers qui le rejoignent ponctuellement au gré de son parcours.

« Tout est parti du fait que je déteste profondément l’avion. En fait, ce n’est pas l’avion que je n’aime pas, c’est le fait de pouvoir se transporter d’un point A à un point B de façon quasi-fictive. Un voyage, ça se mérite et ça forge, ça rapproche aussi de l’humain de voyager lentement. On fait de magnifiques rencontres durant notre périple en prenant le temps. »

Avec pour principe de ne jamais trop planifier pour laisser place à la sérendipité et au hasard des rencontres, Erwan est allé dans de multiples endroits insolites qui l’ont à titre d’exemple amener à skier dans les îles Kouriles ! Mais au-delà des paysages immaculés et d’horizons féeriques, ce qui l’enchante, c’est la rencontre et l’échange avec les locaux.

« J’adore tout ce qui se rapporte à l’art en général et j’aime aussi aider les gens, ce métier me permet de faire les deux à la fois. Cependant une nouvelle envie me vient depuis peu, celle de me tourner plus vers l’évènementiel car j’adore avant tout le monde de la nuit. »

En parallèle, Erwan travaille chez Petzl (connue pour ses lampes frontales notamment) depuis 10 ans, ce qui lui a permis d’amasser un large réseau de contacts dans le monde du voyage et de l’aventure.

« J’ai notamment pu organiser le Petzl Road Trip centré sur le monde de l’escalade. A côté de ça, mes sports favorises sont le ski, l’alpinisme et le base jump. »

L'envie de partager et de donner du sens à l'aventure

Depuis cet été, Erwan a tenu, avec l’équipe de Maewan dont Marion Courtois d’encadrer une vingtaine de jeunes de Papara.

« Nous leur avons demandé à chacun de concevoir un projet personnel, ça va de faire le tour du monde en voilier à devenir institutrice. En matière de gestion de projet, nous avons beaucoup à leur apporter, et ce qui nous semblait important, c’est d’avoir un suivi dans le temps. Donc 6 mois après, nous viendrons voir où ils en sont ! »

L’important pour Erwan, c’est le partage, c’est pourquoi Maewan est d’abord tourné vers les autres aventuriers.

« L’idée, c’était de faire de Maewan une plateforme d’aventures, un véritable moyen de locomotion et à la fois un incubateur pour faire émerger de nouvelles aventures inaccessibles par d’autres moyens que le bateau. On a accueilli des plongeurs, des snowboardeurs ou des champions de slackline sur le bateau, c’est très varié, et c’est cela qui apporte de la richesse finalement. »

Dans sa traversée du Pacifique à partir d’Amérique Latine, Erwan a une révélation au large des îles Salomon, il est pris dans une soupe de plastique seul pendant des jours entiers au milieu de particules de plastiques. C’est décidé, il veut donner un sens environnemental et sociétal à son périple.

« J’avais à cœur de sensibiliser sur la question de la pollution plastique. Un projet de photos est né avec Monica Dalmasso afin d’illustrer cela. Mais nous avons envie de faire plus, et nous allons mener des projets de sensibilisation sur le plastique à travers Maewan dans les mois qui viennent. »

Pour Erwan, vivre sur un bateau requiert de vivre sobrement avec une consommation raisonnée des ressources et un gros sens de la débrouille. Cela peut devenir un modèle pour notre société à plus grande échelle qui fait face à des ressources qui s’amenuisent au niveau planétaire.

« La vie sur un bateau, c’est faire beaucoup avec peu. Il faut réparer et entretenir, jeter n’est pas une option. Idem pour les ressources alimentaires ou énergétiques. C’est un modèle de sobriété heureuse, un bateau ! »

Plus d'informations

Sur la page Facebook Maewan – Adventure Base

G. C.
Rédacteur web

© Photos : Maewan

Facebook
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer