Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

  • Nicolas de Tahiti Bio - Hommes de Polynésie
    Le pari de Nicolas : du bio, de la qualité, dans des îles préservées et uniques

Société

Arrêter les sacs plastiques au Fenua
nana sac plastique

Avec Moana, arrêter les sacs plastiques au Fenua

Par Camille | Publié le 12 février 2018

Geoffrey Moana Van Der Maesen est Président de « Nana Sac Plastique ». Ce jeune homme âgé de 32 ans est à l’origine du collectif bien connu du fenua pour ses nombreuses actions « coup de poing », en particulier dans la lutte contre la pollution par le plastique à usage unique, véritable fléau des écosystèmes. Hommes de Polynésie l’a rencontré.

Une prise de conscience personnelle

Né en métropole et originaire de l’île de Taha’a où il grandit, Moana se passionne par la littérature et l’archéologie. Étudiant, il réalise une formation en business et communication qui lui permet de trouver rapidement un travail. Employé pendant 10 ans, il gravit les échelons et devient directeur de Sécurité avec 230 employés sous sa responsabilité. En lisant différents articles sur la pollution de nos océans, Moana prend conscience de la gravité de la situation. Il se rend compte que de nombreux pays ont banni les sacs plastiques et aimerait que le fenua emboîte le pas.

« Nous avons la chance de vivre dans un paradis, une des plus belles destinations au monde et pourtant, nous n’avons pas conscience de notre impact sur l’environnement ! “

Motivé, Moana lance l’initiative Nana Sac Plastique et est rejoint par des personnes ayant la même vision que lui.

une action concrète de terrain

« La pollution par les sacs plastiques est complètement paradoxale pour moi car nous n’avons pas besoin de sacs plastiques ! »

Très documenté sur le sujet, Moana déroule des chiffres alarmants. Pour un sac laissé dans la nature, ce sont 400 ans de pollution ! À ce rythme, l’océan comptera plus de sacs plastiques que de poissons dans 20 ans. Autre sujet de combat, les sacs plastiques vendus à 100 francs qui sont dits recyclables, ne sont pas recyclés faute d’avoir pu finaliser toute la chaîne de traitement. Pour Moana, il faut changer nos habitudes en utilisant une alternative écologique et locale comme le panier en pandanus, ou panier pae’ore. Pour convaincre, le collectif s’adresse aux commerçants.

« L’idée est d’agir en amont, empêcher la distribution de sacs plastiques pour qu’ils ne se retrouvent plus dans la nature. »

Aidé par la Fondation Surfrider internationale, le collectif établit une charte éthique qui engage les commerçants à ne plus utiliser de sacs plastiques pour vendre leurs produits. Des enseignes de supermarchés aux cliniques vétérinaires en passant par les boutiques, Nana Sac Plastique convainc au point d’être remarqué par l’administration publique. Pour se structurer et recevoir des fonds, l’association Tia’i Fenua est créée et lance des campagnes de sensibilisation à destination du public.

La prise de conscience, le seul levier de changement

Le 23 juillet 2017, Nana Sac Plastique organise sa première opération de nettoyage sur le front de mer de Papeete et mobilise plus de 300 bénévoles qui récoltent 6 tonnes de déchets. À chaque action, Moana est étonné de ce qui est ramassé.

« Il y a un moment où les opérations de communication et mobilisation seront limitées… Là, il faudra penser un système de répression. L’heure est grave, la planète se meurt à cause de nous. »

Cette option, le collectif l’envisage en échangeant avec les pouvoirs publics et les communes. Depuis peu, Nana Sac Plastique a également mené des ateliers dans les collèges pour sensibiliser les jeunes.

« Nous sommes allés au collège Henri Hiro… Je me suis aperçu des écarts de conscience. Je disais aux jeunes que nous nous battions pour eux et que chacun devait agir en tant qu’acteur du changement… J’ai eu l’impression de recevoir peu d’échos. »

Moana persévère malgré les remises en question et l’ambition de son projet. Lui qui vient de quitter son travail et d’entamer une reconversion professionnelle dans le design numérique, s’accroche à la cause environnementale qui l’anime.

« En Polynésie, c’est l’élément marin qui garantit notre survie. Je continue d’agir en me disant qu’un jour, au fenua, jeter une bouteille ou un plastique,ans la nature sera impensable. Là, nous aurons gagné.”

En attendant, Moana est convaincu que cette expérience le nourrit et lui apprend à vivre en harmonie avec notre environnement.

Plus d'informations

Sur la page Facebook Nana Sac Plastique

Céline Hervé Bazin
Rédactrice web

© Photos : Céline Hervé Bazin, Nana Sac Plastique

Facebook

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer