Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Portrait

Tevaiti Pomare, actuaire polynésien !

Publié le 3 novembre 2019

Ils sont de plus en plus nombreux à prendre le chemin de leur île natale. Munis de leurs diplômes et de leur Curriculum vitae, eux aussi, comptent bien participer à la croissance économique observée depuis 2014. Parmi les profils – Tevaiti Pomare, actuaire à Tahiti. Hommes de Polynésie. s’est entretenu avec ce talent expatrié, revenu au fenua pour apporter sa pierre à l’édifice.

15 ans d’expatriation

Si le pays s’inquiète de voir des talents locaux attirés par le dynamisme et les opportunités de la métropole ou de l’étranger en général, Tevaiti Pomare, lui, entreprend le chemin inverse en 2014. Aujourd’hui au Pôle des Risques de la CPS (1), il est d’abord passé par la case expatriation pendant 15 ans.

Originaire de Pirae où il a grandi, Tevaiti s’envole pour la métropole dans le cadre de ses études.

« Je suis parti étudier les mathématiques, l’actuariat, l’économie et la finance. »

En Hexagone, son profil de diplômé de l’Ecole Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique ainsi que de l’Institut de Science Financière et des Assurances, lui ouvre les portes à des fonctions comme celle d’analyste risques de crédit à la Banque de France. Rapidement repéré par KPMG Conseil à La Défense, il y reste 5 ans en tant que consultant actuaire, avant de rejoindre le cabinet Winter & Associés pour 5 ans également.

L’appel du fenua

Tevaiti a toujours été animé par la volonté de mettre ses compétences au service de la Polynésie française. C’est ainsi qu’en 2014, il effectue une visite de courtoisie à la CPS, et les convainc de mettre en place un Pôle des Risques pour assurer la viabilité de la couverture sociale des polynésiens sur les branches de la famille, de la maladie, des accidents du travail, de la retraite et du handicap qui forment la PSG (2).

« Aujourd’hui, je suis actuaire à la CPS et je m’occupe entre autres des réformes de la PSG, des budgets des régimes de la PSG et du pilotage des régimes de retraite de la Polynésie. »

Mais qu’est-ce qu’un actuaire ? Selon le Larousse, c’est un « spécialiste de l’application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions de prévoyance sociale, d’assurances et de finances ». Pour Tevaiti, son rôle consiste à mettre en œuvre la gestion des risques, la maîtrise des dépenses et les équilibres financiers de la PSG, grâce à des méthodes mathématiques, économiques et financières. Une aubaine quand on sait que la protection sociale est en passe de devenir le plus gros budget de la Polynésie.

« Avec une population vieillissante, il est important d’adapter au fil de l’eau les mesures de protection sociale pour couvrir de manière optimale la population. Toute la difficulté consiste à trouver des sources de financement pérennes pour les prestations sociales et d’en maîtriser les coûts. »

Un relais entre les nouvelles et anciennes générations

Lassé d’entendre que la Polynésie manque d’expertises sur des métiers techniques ou de haut niveau, il souhaite affirmer aujourd’hui que cela n’est plus le cas.

« Partout dans le monde il y a beaucoup de Polynésiens qui ont réussi à New York, à Londres, il faut pouvoir compter sur cette jeunesse et lui faire confiance !  Ceux qui rentrent au pays sont avides d’apporter leur savoir-faire au fenua. »

Pour Tevaiti, la Polynésie est un pays intergénérationnel, où les anciens et les jeunes se doivent de partager plus.

« Il faut se ré ancrer dans l’univers polynésien, que les générations ne s’opposent pas mais se fassent confiance mutuellement, par la transmission et l’accompagnement pour les anciens, l’écoute et le soutien pour les jeunes. Voir arriver un jeune polynésien avec des compétences, une expertise et une expérience peut être vécu comme un choc des mentalités. »

Tevaiti, pour qui la volonté de servir le pays se manifeste quotidiennement, reste déterminé à atténuer ce clivage Mais faire revenir les jeunes talents expatriés dépend aussi des opportunités réelles à saisir au pays, et il reste encore du chemin pour réussir ce pari.

A 42 ans, Tevaiti pose un regard bienveillant sur le Polynésien qui reste connecté à sa culture et ses traditions, tout en apportant modernité et innovation à la Polynésie.

« N’oublie pas ton Histoire, apprends des anciens, reste déterminé et confiant, pour qu’ensemble nous construisons la Polynésie de demain ! »

(1) Caisse de prévoyance sociale

(2) Protection Sociale Généralisée

Jeanne Phanariotis
Rédactrice web

© Photos : Cyril Pallière pour Hommes de Polynésie et Tevaiti Pomare

Partagez Maintenant !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer