Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

  • Matairii, l’esprit du va’a pour tous
    Matairii, l’esprit du va’a pour tous

Art & Culture

Matairii, l’esprit du va’a pour tous
start up

Matairii, l’esprit du va’a pour tous

Publié le 14 mai 2018

Matairii Maire est un jeune polynésien aux yeux brillants et au sourire convaincu. Fier de ses racines et de sa culture polynésienne, il cherche à se la réapproprier et à la transmettre à ses 2 enfants puis, il l’espère, à d’autres. Il est le fondateur de Va’a Spirit qui propose aux touristes et aux rameurs étrangers de s’initier et de se perfectionner en va’a. Hommes de Polynésie a rencontré ce créateur né qui ose faire bouger les choses.

Une initiative reflet d’une nouvelle génération polynésienne

Originaire de Moorea, la quarantaine, père de deux enfants, Matairii Maire a travaillé dans l’administration publique puis dans le secteur privé avant de lancer son projet Va’a Spirit. Lui qui a toujours aimé créer des initiatives et des projets travaille comme consultant ingénieur.

« Je suis plutôt un créateur né et un ingénieur par hasard. »

Fervent protecteur de la nature, il a fondé en 2005 une association pour la protection des requins avec des amis pour lutter contre la surpêche des requins et la commercialisation de leurs ailerons.

« On avait le choix entre la libellule endémique ou les requins… On a pris les requins pour mieux séduire les filles ! »

Va'a Spirit

Rempli d’humour, attentif et sensible, avec cette expérience, Matairii prend conscience de l’importance de son fenua, de sa richesse et tombe dans le mouvement identitaire du retour aux sources.

« Je fais partie de cette génération décrite dans la chanson Fa’afa’ite du groupe Pepena… Nous sommes des Polynésiens influencés par de multiples cultures et nous ne maîtrisons ni notre langue, ni notre histoire, ni notre culture… et pourtant nous osons en parler. »

Ce constat d’un malaise profond, Matairii le fait personnellement pour le va’a, ce qui le pousse à se lancer un nouveau défi : Va’a Spirit.

Insuffler l’esprit du va’a et en faire une économie rentable

« Vice-président du club de va’a I Mua Nui à Moorea, je ne suis pas particulièrement connu dans le monde du va’a et pourtant, je me suis vite rendu compte d’un décalage… »

Le constat est sans appel :

« Nous pratiquons le va’a depuis des générations sans que la Polynésie n’ait de cadre spécifique pour protéger et valoriser notre savoir-faire dans la construction de va’a comme dans l’apprentissage et la transmission de la pratique de la rame. »

Va'a Spirit
Stagiaires Va'a Spirit

Pour Matairii, il faut s’engager et faire bouger le secteur. Il commence à monter son projet en faisant des recherches poussées sur la réglementation autour du va’a, son marché potentiel ou encore, les enjeux de propriétés intellectuelles. Très vite, son projet attire l’intérêt. En 2016, il obtient un prix au concours de création et développement économique des entreprises du Ministère de la relance économique et de la politique numérique puis le prix d’encouragement de l’appel à projets touristiques de l’Assemblée de la Polynésie française qui le poussent à se présenter à PRISM en 2017. Il intègre la première promotion de ce propulseur de start-up et de talents.

« J’ai reçu beaucoup de soutien, de conseils, de formations et de contacts. »

Structuré et prometteur, son projet obtient le prix spécial du jury au concours de l’innovation numérique de 2017. Il reçoit deux prix d’un total d’un million et demi… De quoi l’aider à concrétiser son projet et structurer des premières offres à destination des touristes.

« Le monde du va’a fonctionne essentiellement sur une base de bénévoles, ce qui est formidable. Par contre, il n’est pas correct de ne pas rémunérer les nombreux coachs et entraîneurs qui consacrent beaucoup de temps à l’encadrement des pratiquants, 6 jours sur 7. »

L’objectif de Va’a Spirit est de développer durablement le va’a en labellisant ses savoir-faire et en créant une activité marchande autour du va’a. 

Le va’a, un secteur porteur pour l’image du fenua

Depuis 2 ans, Matairii se bat pour faire bouger les lignes. En lançant Va’a Spirit, il se rend compte de l’ambition de son projet.

« Il y a tout un vocable à créer, des experts à répertorier, des produits à proposer pour séduire les touristes… »

Surtout, à travers cette expérience, Matairii s’aperçoit d’un enjeu encore plus capital, celui de nos valeurs. À l’occasion de la journée mondiale du tourisme en septembre 2017, on lui demande d’intervenir au sujet du tourisme durable :

« Le va’a t’enseigne l’importance de l’humain, l’humilité et combien tu dois être fort et bien dans ta tête pour arriver au bout de la course. »

Va'a Spirit
Au bureau

« Pour moi, c’est ça, le tourisme durable… C’est être bien dans sa tête et dans son corps pour arriver à te dépasser… C’est l’esprit libre et libérateur du va’a. »

Très préoccupé par l’héritage qu’il va laisser à ses deux enfants à qui il essaie de transmettre le maximum de connaissances et d’expériences de notre culture polynésienne, Matairii souhaite à travers Va’a Spirit, « faire progresser la Polynésie pour que chacun ait le temps de la vivre et de se dépasser afin de mieux la préserver ».

Plus d'informations

Sur la page Facebook Vaa Spirit

Céline Hervé Bazin
Rédactrice web

© Photos : Céline Hervé Bazin (couverture), Matairii Maire

Facebook
Partagez Maintenant !
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer